• 👉 S’inspirer de Greta : comment une jeune suédoise de 16 ans a mobilisé 2+ millions pour le climat

    1️⃣ L'action étincelle et le cadre

    ❇️ Greta Thunberg a décidé de faire grève de l’école le vendredi : fin août 2018 elle commençait seule, assise devant le Parlement suédois, avec une pancarte en carton « grève scolaire pour le climat ».

     

    Elle raconte dans un long post Facebook du 2 février 2019 la genèse du mouvement : “Le 20 août, je me suis assise devant le Parlement suédois. J’ai distribué des tracts avec une longue liste de faits sur la crise climatique et des explications sur les raisons de ma grève. La première chose que j’ai faite a été d’afficher sur Twitter et Instagram ce que je faisais et ça a vite été viral. Puis, les journalistes ont commencé à arriver.” (voir la traduction française de son post ici)

     

    Son objectif : que les gouvernements réagissent à l’urgence climatique et respectent l’accord de Paris.

    2️⃣ L'importance des médias et réseaux sociaux

    Grâce aux réseaux sociaux et l’aide d’associations de défense du climat, elle accède à une audience mondiale. Ses discours, ses talents d’oratrice et sa puissance, son profil d’étudiante Asperger en font l’incarnation d’une action-étincelle forte.

    Elle lance un appel à la rejoindre :

    3️⃣ Un cadre précis et une mobilisation qui grossit

    Grâce aux réseaux sociaux, des centaines de citoyen.ne.s inspiré.e.s par l’appel de Greta se sont rejoints et organisés de manière organique, fort du cadre et de l’action étincelle proposée par Greta.

     

    Chacun des groupes locaux est indépendant, se crée et s’organise de la manière qu’il le souhaite, pour décider de ses actions et mobiliser dans son lycée ou sa ville.
     

    D’autres figures émergent. Par exemple : Luisa Neubauer 22 ans en Allemagne, Adélaïde Charlier 18 ans et Anuna De Wever 17 ans en Belgique, ou encore en Australie, où Milou Albrecht, Harriet O'Shea Carre et Jean Hinchliffe, toutes les trois âgées de 14 ans sont à la tête des premières initiatives de grève.

     

    La mobilisation grandit : le 15 mars 2019, ils étaient 200 000 en France dans plus de 200 villes et 2 millions dans le monde.

    🔎 Les appels à la mobilisation s'étendent

    4️⃣ Structuration : liberté et responsabilité de faire

    > Au fur et à mesure des actions, des envies de coordinations émergent 

    Pour être plus visible dans les médias, pour mutualiser le travail de graphisme et design des affiches et des pages web-réseaux sociaux par exemple ou encore pour se sentir appartenir à un mouvement fort. Ce cadre est optionnel, et chaque groupe local reste totalement maître de son organisation, et libre de rejoindre cette structure si ses membres le souhaitent.

     

    > Discord et Facebook pour échanger et s'organiser

    En France, les jeunes du mouvement Youth for Climate se regroupent et s’organisent sur Discord, une plateforme de communication. En France, les membres ont créé sur cette plateforme des sous-groupes de discussion et de travail (appelés “channel” ou aussi “patates”) pour autant de groupes thématiques qu’il y a eu de besoins exprimés : relations presse, partenariats, site internet, relations avec le mouvement à l’international, contenus de sensibilisation, etc. Ces groupes thématiques ont été initiés par certains membres souhaitant y mettre du temps et de l’énergie, et sont ouverts à toutes les personnes qui veulent venir y contribuer.